Comment méditer avec un bol tibétain

La principale compétence à développer pour pouvoir méditer est la concentration. La pratique du bol tibétain permet de travailler la concentration de l’attention sur le son et sur le jeu de l’instrument.

Une utilisation plus avancée du bol chantant pour méditer est la maîtrise du son intérieur (Nada Yoga) et l’investigation des vibrations spirituelles afin d’éveiller les chakras.

Sommaire:

Préparation d’une séance de méditation

Conditionnement à la méditation

Support de médiation avec le son

Voix intérieure

vibrations et chakras

Focus sur la pratique du bol chantant

Le bol tibétain a été largement et rapidement adopté comme outil de méditation par de nombreux adeptes du yoga ou de la méditation, et ce n’est pas un hasard.

Nul besoin de chercher des qualités magiques ou des attributs transcendantaux à cet objet pour expliquer son succès comme support de méditation. L’ouverture des chakras par le bol tibétain ne doit rien aux soi-disant 7 métaux le constituant, ni a un savoir faire ancestral transmis par des alchimistes occultes depuis des millénaires. Il n’est pas nécessaire d’inventer des origines fantasmées aux bols tibétains pour les utiliser dans des séances de méditation.

Le bol chantant, généralement appelé bol tibétain est une simple cloche renversée dont l’efficacité pour la pratique de la méditation est liée à essentiellement trois qualités :

  • Sa facilité de jeu
  • Un son riche en harmoniques avec une grande résonance et une spatialisation fascinante
  • La capacité de transmettre des vibrations directement dans le corps

Préparation de la séance de méditation

Comme pour toute séance de méditation, il est préférable d’être confortablement installé dans un endroit calme et silencieux.

Cependant, et c’est là tout l’intérêt de méditer avec un bol chantant, le maniement du bol va capter votre attention et donc vous permettre de plus facilement faire abstraction de l’environnement qui vous entoure.

La méditation avec un bol tibétain est donc particulièrement indiquée si les conditions pour méditer ne sont pas optimales (bruits de fond de circulation par exemple, ou voisins un peu bruyant).

Un inconvénient est que vous allez faire un peu de bruit, ce qui pourra éventuellement gêner votre entourage.

Le deuxième intérêt du bol tibétain pour la méditation est que vous allez pouvoir progresser dans votre technique de méditation au fur et à mesure que vous allez progresser dans votre maniement du bol tibétain.

Utilisation du bol pour marquer le début et la fin de la méditation

C’est l’utilisation la plus basique du bol tibétain comme assistance à la méditation.

Notre esprit à besoin de routines.

Une des clés d’une méditation réussie est de pouvoir se concentrer rapidement. Le bol tibétain peut vous aider à passer en mode méditation de façon instantanée.

Les yogis expérimentés peuvent entrer en méditation dans n’importe quelle conditions. Mais un débutant devra s’installer dans un endroit dédié, ou aménager un endroit dans sa pièce pour se mettre en position de méditation. Il peut s’agir simplement de poser un tapis de méditation sur le sol, d’allumer un bâton d’encens ou une bougie, ou de passer une musique relaxante.

Le bol tibétain peut servir dans ce rituel de mise en condition pour méditer. Vous pourrez l’utiliser pour marquer le début de la méditation en le faisant sonner deux ou trois fois.

De la même manière vous pourrez le faire sonner pour marquer la fin de la méditation.

Au début cela vous paraîtra un peu anecdotique, mais au bout de quelques séances votre cerveau sera conditionné pour se mettre en veilleuse après les sons du bol tibétain.

Utilisation du son du bol comme support de méditation

Etape 1 : frapper le bol et écouter la sonorité

Vous allez pouvoir focaliser votre attention sur deux sensations : l’audition et les vibrations

Méditation avec le son du bol tibétain :

Le son du bol tibétain frappé a trois phases :

  • Percussion : Une phase percussive très courte, qui peut être un peu agressive, surtout quand vous commencez à entrer en phase de méditation
  • tenue du son : Une phase avec un son plein et riche
  • déclin du son : La phase finale de déclin du son qui peut être assez longue

Onde sonore d’un bol tibétain frappé
Enregistrement d’un bol frappé correspondant à l’onde sonore

Etape 2 : travail de focus sur les harmoniques

Vous allez procéder à plusieurs frappes successives de plus en plus espacées.

Au départ le but est de s’imprégner du son de l’instrument pendant la phase tenue : décomposez les différentes composantes du son :

  • La note fondamentale
  • Le vibrato
  • Les 2 ou trois harmoniques aiguës

Écoutez aussi le son environnant si vous n’êtes pas dans un endroit silencieux. Il ne faut pas faire de ses bruits de fonds des ennemis, ni tenter d’y échapper ou de les ignorer.

Ils font partie de l’environnement sonore.

Situez les différentes composantes du son du bol par rapport aux autres bruits de votre environnement.

Comparez les hauteurs et les textures des différents sons.

Vous pouvez vous déplacer dans la pièce pour explorer les résonances de la pièces et les différentes sonorités du bol en fonction de son emplacement.

Comme un instrument de musique, les pièces des bâtiments ont des fréquences de résonance propres.

Les fréquences (on peut voir les fréquences comme la hauteur des notes d’un instruments) propres de la pièces sont des notes qui vont être plus amplifiées que d’autre. Leur longueur d’onde correspond à une fraction d’une longueur caractéristique de la pièce.

Vous en profiterez pour avoir une image sonore en trois dimension de votre environnement.

Vous vous concentrez sur le son du bol et ses différentes composantes, mais surtout sans essayer de rejeter l’environnement.

Quand vous aurez l’impression de bien connaître le son du bol et son environnement sonore, vous allez commencer à espacer les frappes.

Plus vous allez espacer les frappes du bol, plus vous allez vous concentrer sur la phase de diminution du son en essayant de l’entendre le plus longtemps possible

Troisième étape: travail de la voix intérieure

Vous allez essayer d’imaginer le son du bol tibétain après sa complète diminution.

L’idée est en quelque sorte d’amplifier mentalement le son dans sa phase de diminution de façon à continuer à l’entendre dans la tête.

Lorsque vous arriverez à entendre le son du bol plusieurs minutes après son déclin, vous entrez dans une phase de Nada Yoga.

Se concentrer sur les vibrations du bol

Poser le bol tibétain sur la paume de la main. C’est la partie de votre corps qui percevra le mieux les vibrations.

bol tibetain tenu dans la paume de la main
Singing bowl

Si vous avez un bol de grande dimension vous pouvez vous allonger et le poser sur le ventre. Nous allons focaliser ce tutoriel sur la méditation avec un bol tibétain sur la transmission des vibrations par la paume de la main.

Pour pouvoir tenir facilement le bol dans la paume de la main, utilisez un bol de petite dimension (diamètre inférieur à 12cm). Un bol tibétain de 8-10 cm de diamètre est idéal. Pour un bol plus petit, les vibrations seront plus difficiles à ressentir. Un bol plus grand sera un peu lourd ou difficile à tenir dans la paume de la main.

Avec un peu d’entraînement vous aurez suffisamment de sensibilité pour utiliser un bol de plus petite dimension, voire même des diapasons thérapeutiques.

Si le bol est plus grand vous allez devoir le faire reposer sur le bout des doigts, la paume de la main, et le haut du poignet, comme sur le dessin :

Dessin d'un bol tibetain tenu dans la paume de la main

Nous allons nous concentrer sur la méditation avec un petit bol tibétain tenu dans la paume de la main.

Vous pouvez pratiquer cette méditation en position assise ou debout.

SI vous choisissez la position assise, prenez une posture confortable, avec le dos bien droit. Vous pouvez vous mettre dans votre position de méditation préférée (en position du lotus ou sur une chaise, peu importe).

Posez le bol tibétain dans le creux de la paume de la main.

La main doit être ouverte afin que les doigts ne touchent pas les parois du bol et n’empêchent pas la résonance et les vibrations.

yoga bol tibétain

Pas la peine de vous mettre dans la position de l’arbre pour méditer avec un bol tibétain !

Si vous prévoyez une séance de méditation un peu longue, reposez le coude sur vos genoux afin d’éviter toute douleur dans les bras due au port prolongé du bol. Il s’agit d’une séance de méditation, pas de musculation !

Si vous êtes debout, gardez le bras plié, avec l’avant bras prés du corps.

Déroulement de la séance de méditation vibratoire :

Pour la séance de focalisation sur les vibrations dans le corps, vous allez faire sonner le bol en le frappant avec le maillet.

Vous allez ressentir immédiatement les vibrations du bol dans la paume de la main.

  1. Répétez l’opération une dizaine de fois. Ressentez simplement la vibration dans la main sans chercher à analyser.
  2. Répétez une série de frappe en essayant d’établir une correspondance entre le son que vous entendez et les vibrations que vous ressentez. Le but est d’apprendre à écouter avec le corps. Un peu comme si vous étiez sourd et que vous écoutiez la musique par le sens du toucher.
    1. Vous pouvez vous concentrer d’abord sur la frappe et ensuite sur la résonance
    2. Essayez de ressentir les différentes harmoniques du bol
    3. Dans cette étape, si vous disposez de plusieurs bols, n’hésitez pas à changer de bol et à comparer les différences de vibrations ressenties dans la paume de la main.
  3. Une fois que vous ressentez bien les vibrations locales, concentrez vous sur leur propagation dans la main et le poignet. Essayez de ressentir jusqu’à quelle distance les vibrations se propagent. Vous allez constater que les vibrations sont concentrées dans la main et le début du poignet. Le corps humain est en effet mou (à l’exception des os et des dents!), et les vibrations sont très vite amorties.
  4. Prolongez mentalement les vibrations dans l’ensemble de votre corps. Imaginez un chemin de propagation des vibrations depuis la paume de la main vers les organes de votre choix ou les emplacements des différents chakras.

Quand vous maîtriserez cette technique avec le bol frappé, vous pourrez la mettre en œuvre avec le bol frotté. L’intérêt est de pouvoir prolonger les vibrations dans la durée. Mais cela demande de bien maîtriser l’émission du son frotté du bol chantant, car il faut pouvoir focaliser son attention sur la propagation réelle et imaginaire des vibration dans votre corps, et non sur la technique de jeu.

Se concentrer sur la pratique de l’instrument

Cette méthode demande un peu de pratique mais est très efficace pour focaliser l’attention et permet de mesurer objectivement ses progrès.

Cette méthode est basée sur une constatation simple : tous les musiciens pratiquent la méditation sans le savoir lorsqu’ils travaillent leur instrument.

En effet, la pratique d’un instrument de musique demande de la concentration et, à condition de ne pas butter sur des difficultés techniques, permet d’entrer rapidement dans un état de relaxation.

Le bol chantant est un instrument qui demande juste ce qu’il faut de maîtrise technique pour devoir se concentrer pour pouvoir tirer pleinement partie de ses qualités acoustiques, sans pour autant nécessiter des années d’apprentissage.

Afin de focaliser l’attention sur le jeu, on va travailler le jeu frotté du bol tibétain. Comme vous le savez certainement, en frottant circulairement le bord du bol avec un manche, on peut produire un son continu éthéré qui a donné au bol tibétain son autre nom de « bol chantant ».

Cette technique, si elle ne demande pas les années de travail journalier pour arriver à jouer du violon, demande une certaine pratique et une bonne concentration pour être maîtrisé.

En fait, jouer du bol tibétain en mode frotté est juste assez difficile pour nécessiter une concentration et un focus sur le jeu, sans nécessiter de passer par des cours de musique.

Vous aller constater, une fois passé la première étape ingrate qui consiste à émettre le premier son, que la difficulté n’est pas de faire chanter le bol, mais de l’empêcher de grincer et d’émettre des bruits parasites tout en maintenant un son continu.

En effet, quand le bol commence à bien chanter, la paroi du bol vibre de façon radiale et a la fâcheuse tendance à produire des grincements en tapant contre le manche.

On peu utiliser cet aspect technique du jeu frotté du bol chantant pour focaliser son attention, c’est l’objet de la technique numéro un de concentration de conscience sur le jeu au bol tibétain :

Technique numéro1 : focalisation de la conscience sur la pureté de la sonorité

  • Posez le bol devant vous sur son coussin, ou tenez dans la paume de la main si c’est un petit bol
  • frottez doucement le manche du maillet autour du bol afin de produire un son continu
  • Asseyez de garder le son contenu sans les vibrations parasites
  • Vous pouvez jouer sur le volume du son en frottant plus ou moins vite et en appuyant plus ou moins fort. Il n’y a pas de règles générale, cela dépend de votre bol et de ses imperfections. Plus vous allez essayer de jouer fort, plus les vibrations parasites auront tendances à se manifester
  • Vous constaterez de vous même qu’il est impossible de se livrer à ce jeu sans une grande concentration et un focus sur le jeu de l’instrument
  • Comme les pensées vagabondes dans une séance de méditation classique, les grincements du bol ne doivent pas vous contrarier. Vous allez réussir à les espacer à force de pratique.

Niveau 3 : sélectionner les harmoniques

En déplaçant le point de contact du maillet sur la hauteur de la paroi, jusqu’à éventuellement frotter uniquement le rebord du bol, vous allez pouvoir éliminer les harmoniques basses de votre bol et jouer uniquement les harmoniques aiguës ou inversement.

Il es assez difficile de donner une technique générale pour parvenir à sélectionner les harmoniques d’un bol tibétain, cela va dépendre du manche que vous utilisez (plus la surface est molle, plus vous aurez des facilités à jouer les fréquences graves, et plus la surface est dure plus les harmoniques aiguës ressortiront).

La sonorité dépend aussi de la géométrie du bol et de ses imperfections (ovalisation, variation de l’épaisseur de la paroi du bol, rugosités de surfaces). En fait la seule méthode qui marche est l’expérimentation.

Une fois que vous maîtrisez l’émission d’un son continu, vous allez pouvoir modifier la position du maillet pour essayer d’amortir les notes en fonction de leur fréquence.

Il s’agit d’un exercice de feedback mettant en jeu la motricité et l’ouïe. Là encore sela demande une grande concentration. Concentration d’autant plus facile à obtenir que l’exercice est ludique.

Légende des bols tibétains

Sous le nom de bol tibétain ou bol chantant on désigne une sorte cloche en forme de bol et posée sur un coussin. La particularité du  bol tibétain est qu’en…

Bienfaits des bols tibétains: que dit la science

Les vertus des bols tibétains. Les bols chantants sont des instruments de musique particuliers: certains auteurs ou praticiens de médecines alternatives les parent de vertus thérapeutiques. Il n’existe aucun article…

Bol tibétain: définition

Le bol tibétain est une cloche renversée qui peut produire deux sons: Un son de cloche cristallin avec une longue résonance lorsque on le frappe avec un mailletUn son continue…

bol tibétain son

Le bol tibétain fascine par sa sonorité. Le son d’un bol tibétain est caractérisé par : Une longue résonanceUne grande richesse harmoniqueun son entre celui d’une cloche et celui d’un vibraphoneLa…

FAQ du bol tibétain

Quelle est l’origine des bols chantants? Probablement originaire de Chine , on en trouve les premiers témoignages sur des dessins chinois vers 1600. Leur utilisation musicale date du début des…

Origine des bols tibetains

Les bols tibétains sont ils originaire du Tibet ? Pas si sûr, les historiens situent plutôt l’origine des bols chantants en Chine au seizième siècle Selon les recherches d’ethnomusicologie (Mireille…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.